Blacow

Posted by | July 10, 2012 | Bars & Restaurants, Blog, Guides | No Comments
bcows_burgermaster

Par où commencer ? Bon au même titre que ma quête sans fin des meilleurs espressos à Tokyo, il est un type de cuisine simple, limite brutale et délicieusement avilissante qui réussit à assouvir mes plus bas instincts : Le HAMBURGER ! Voui, voui, ma bonne dame, le burger, bête et méchant, celui-là même qui vous attire à son odeur de viande bien grillée comme il faut, aux arômes encore bien trempés de chasse virile et musquée.

Voilà, c’est ça le vrai hamburger en fait, l’aboutissement paresseux de notre instinct de chasse, de nos descendants poilus et chasseurs, qui après plusieurs jours de traque reviennent (pour les chanceux) avec leur bête au village. Ca y est, les femmes s’occupent de tailler la viande et la passer sous leur silex affûtés pour en faire de la viande hachée. Les enfants regardent au coin du feu les anciens préparer les épices ainsi que les galettes de pain au sésame. La chasse a été bonne…

Un de mes ancêtres à la quête d’un mois de bonne bidoche  (noter la belle sous le charme du chasseur fier et viril)

Mis à part cette vision très personnelle de la chose (limite sexiste hein ? Bon, ça va je me suis déjà copieusement fait insulter à la maison, alors on va pas en rajouter), j’aimerais quand même préciser que je ne me nourris pas exclusivement de hamburgers, ni de viande 7 fois par semaine. C’est disons un petit plaisir que Joëlle et moi nous offrons de temps à autre accompagné d’une bonne bière fraîche propre à ouvrir une discussion animée sur la qualité de la chose. Mais, attention, nous parlons évidemment de burgers faits maison, et non pas de ces galettes industrielles qui quelque part dans leur parcours jusqu’à votre palais auraient croisé à un moment ou un autre une poignée d’atomes vaguement en relation avec le concept de viande. Nooononononoooon ici on parle du mélange préparé main, grillé sous vos yeux et dont le secret des épices restera…ma foi secret et donc unique au restaurant…Et garantie de qualité il faudra que vos habits sentent la braise carnée, version moderne du tatouage rituel.

Mais revenons au Blacows, temple de la carnitude moderne et  rencontre fortuite lors d’une de nos nombreuses ballades dansEbisu.

Facilement attirés par l’odeur déjà depuis l’extérieur, il nous en fallait pas plus pour nous trouver attablés quasiment la fourchette déjà à la main. Et là, en regardant leur carte d’un air déjà semi-salivant nous découvrons que le burger a trouvé son philosophe préféré, son artisan éclairé, son messager privilégié.

Car, déjà, premier détail qui a son importance et m’a tout de suite sauté aux yeux en tant que mec, c’est que contrairement à 99% des hamburgers proposés à travers le monde, ceux du Blacows comportent une astuce sublime, une réponse simple, efficace, pour ne pas dire Zen à un défaut de fabrication majeur et généralisé de la chose.

Non, parce que moi vous voyez, la tomate qui glisse entre la feuille de salade le cornichon et le burger ça me gonfle sévère vous n’avez pas idée. A chaque fois il y en a un qui se fait la malle avec une bonne giclée de précieux jus de viande. Du coup, il y a forcement un bout qui tombe soit dans l’emballage, soit a côté, ou mieux un bout de salade sur votre pantalon (merci Greg). Alors moi je dis stop à la tomate qui fout le camp, moi je vais au Blacows !! 
Oui, passque là, ben il font une super sauce FRAICHE avec la-dite tomate, plus tout plein de légumes, sauce qui ensuite se retrouve équitablement distribuée dans votre hamburger sans pour autant interagir sur les lois physiques de conductivité de la viande.

Autre particularité, la galette de viande (patty en anglais) est garantie 100% Wagyu (c-à-d pur boeuf du Japon, en l’occurence boeuf noir). 

C’est pas encore de la viande de Kobe, mais disons qu’au lieu que la bête ne soit massée au saké (alcool fermenté), elle le sera au Shōchū (alcool distillé), au lieu de boire de la Bière Yebisu, ce sera de la Asahi. Résultat : un arôme vraiment à part, c’est délicieux et la viande est cuite à la minute de manière magistrale. Passons les pains, qui viennent directement d’une boulangerie très connue à Tokyo (Maison Kayser, Paris) et dont les tranches sont passées au four et là, on est proche de l’extase mystique.

 

Ayant fini relativement vite notre sandwich de luxe, Joëlle et moi nous sommes regardés l’oeil un peu coupable de penser que l’on aurait eu la place pour un deuxième, alors que c’était quand même des portions d’environ 180 gr. de viande.On ne l’a pas fait, mais je vous jure que c’était à la limite de la resistance humaine. Surtout qu’à côté de nous deux jeunes femmes mordillaient telles des gazelles des micro-bouchées de burger. On a failli se lever pour se proposer de leur faire une démonstration de comment mangeaient nos ancêtres (les poilus à nouveau).

Notons que les lunchs viennent accompagnés d’une salade fraîche (dans une assiette, normal) ainsi que de pommes de terre au four. Royal quoi. Quand je vous dis que c’est bon ! Le tout pour la modique somme de 1’000 yen c’est à dire environ 12 CHF !! Ca ne vous donne pas envie de lancer une quinzaine de briques à certaines enseignes rouge et or ?

Finalement, plusieurs variations de thème sont possibles, allant du Burger à l’avocat pour les nostalgiques de glissades, au Bacon-fromage-oeuf pour les téméraires. De mon côté je me suis contenté de la version avec mozzarella fraîche. La larme d’émotion au coin de mon oeil droit n’a pas encore séché…

L’ambiance est au rendez-vous, vous laissant la possibilité de voir tous le processus de fabrication de votre hamburger. Plusieurs zones de tables ainsi que petites alcôves permettent d’avoir un espace varié et d’accueillir de nombreuses personnes. La décoration est soignée au même titre que le service. Voilà, c’est dit, et ne venez pas vous plaindre que je ne vous ai pas avertis.

Euh…vous êtes encore en train de lire ou de préparer le vôtre à la maison ? (nous c’est ce que l’on a fait, fruit d’un travail de food-reverse-engingeering presque habituel, peut-être qu’un jour on vous donnera notre recette 😉 Allez, jeunes padawans du burgers, il est temps de prendre votre lance et partir à l’aventure…

Gros plan : Bacon, double cheese, oeuf…que du bonheur – photo : Big.G)

Nom complet :  BLACOWS
Type de restaurant : Restaurant à Burgers
Type de Cuisine : Burger
Detente-o-metre ♥♥♥♡♡ / Silence je me nourris et c’est bon !
Catégorie de prix : ¥¥¥¥ / allez, je t’invite !
Quartier : Ebisu
Adresse :

東京都渋谷区恵比寿西2-11-9 東光ホワイトビル 1F

Tél : 03-3477-2914
Site web : http://www.kuroge-wagyu.com/bc/
Horaires :  11h00 – 23h00
Googlemaps : BLACOWS Googlemaps
Arrêts metro : Lignes desservies :
Ebisu – 恵比寿 Yamanote Line – 山手線
Hibiya Line – 日比谷線
Tokyo monorail 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.