Poèmes de chats du Japon – Introduction –

Posted by | February 14, 2014 | Au Quotidien, Blog, Poèmes de chats | No Comments
chat_blanc_intro_nanaoshi

Au l’aube de la fleur : douceur de vent, goute sa tendresse

Photo : Yoshito Murakami 1861-1879 fondateur de l’école traditionnelle de Haikus – Ere Meiji, env. 1873 – Poème repris sur un emballage dans une confection de bonbons (2014)

Il m’a fallu une montagne, que dis-je un Fuji de patience pour finalement arriver au résultat d’une enquête qui en étonnera plus d’un. Mais comme le disait notre grand ami détective…une fois écarté l’impossible, ce qui reste, aussi improbable soit-il, doit être la vérité. Durant cette épreuve j’aurai perdu 7 kilos, quelques ongles, 3 grattoirs et environ 6 tonnes de nourriture pour chats. D’ailleurs pour les plus fidèles lecteurs cette enquête ne fait que suivre les interrogations que j’avais déjà évoquées il y a quelque temps ici.

Mais avant d’entrer dans le vif, un petit rappel concernant une facette faussement cachée du Japon, et qui a déjà inspiré plus d’un blog, plus d’une rubrique de par le monde sans toutefois jamais atteindre l’essence, l’origine de ce phénomène. Mais, votre humble serviteur va vous faire une révélation à vous couper le souffle, aussi surement qu’un takoyaki !

Comme vous le savez, au Japon les langues étrangères sont très souvent empruntées pour des slogans publicitaires, enseignes, noms de magasins, bref : Il faut que ça en jette ! Et même si pour cela votre restaurant doit s’appeler “la gifle”* ou “Fromalette” ça doit sonner…hmmm juste ?

Pour les slogans, la langue de Molière et de Shakespeare rivalisent depuis toujours le bon mot et il serait difficile de savoir qui en sortira vainqueur. C’est une question de tendances, affinités et pression atmosphérique.

Mais dans cet amalgame, cette pulpe grammaticale, que viennent donc faire nos amis les félidés ? La vérité, jeunes gens, celle que l’on vous cache depuis toujours, c’est que ce sont bien les chats qui sont responsables de la rédaction de ces chefs d’œuvres littéraires, qui criblés de sous-entendus, passés entre 3 à 5 fois dans un traducteur en ligne se transforment sous vos yeux en un magnifique poème contemporain : Haïku moderne du 21ème siècle, il ne faut pas te lire, mais bien te miauler !

…je confirme, j’ai d’abord écarté toute autre raison qui pouvait me sembler impossible pour retenir celle-ci, qui honnêtement ne me paraissait même plus si improbable que ça après une relecture attentive et objective. Les slogans à deux yens qui vous entourent de Tokyo à la pointe nord de Taketomi sont en faut des POÈMES ÉCRITS PAR DES CHATS ! (pour plus d’effet ajoutez quand même un éclair suivi d’un roulement de tonnerre)

Ces slogans, ces poèmes (osons, osons !) prennent alors une dimension qualitative inimaginable si l’on pense qu’ils ont été écrits par des animaux certes mignons et tout velus, mais manquant furieusement de la quantité minium de pouces opposables pour tenir correctement un pinceau à calligraphie. C’était sans compter leur imagination et pouvoir d’adaptation, et quand je vous montrerai les preuves de ce que j’avance, vous ferez moins les fiers.

Toujours est-il que grâce à un certain nombre de contacts et littéralement graissage de pattes, on m’a accordé l’énorme honneur de traduire ces poèmes cachés ainsi que de saisir les écrivains dans un moment intime de contemplation, voire même de création à travers une série de portraits. Je vous présenterai ces matous parfois sous le couvert de l’anonymat à travers cette nouvelle rubrique unique au monde !!! Drôles, touchants, inquiétants, ils nous feront découvrir cette communauté mal connue de poètes incompris qui ne cherchent qu’à s’exprimer à travers un langage secret.

De notre côté, nous aurons l’immense plaisir d’être aux premières loges pour découvrir les 1001 poèmes de chats du Japon. Le premier épisode sera publié tout bientôt!

Elle est pas belle la vie ? 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.