Poèmes de Chats – Shintaro Tanaka –

Posted by | October 13, 2014 | Blog, Poèmes de chats | No Comments
_DSC3279

Pour l’instant ces paroles resteront un mystère….

Konbinitude : Monsieur Shintaro Tanaka bonjour, excusez mon état, quelque peu transpirant, mais j’ai littéralement couru de Fukuoka dès que j’ai su que vous acceptiez l’interview.

S: C’est vrai, vous puez un peu quand même, mais je vous en prie, entrez seulement, il fait frais ici et vous me faites de la peine. Venez, venez.

S: Installez-vous ici (par terre sur un tapis donc…), vous serez très confortable en plus vous avez une jolie vue sur le lac…ça vous plaît ?

Konbinitude : Oui, certainement, très très beau le panorama, mais en fait on s’en balance un peu. Alors, autant dire et pour faire un très mauvais jeu de mots, j’ai dû sacrement graisser des pattes pour vous trouver, tout ce que j’avais c’était un petit carré transparent de cellophane où votre oeuvre a été imprimée. Il semblerait que vous soyez un félin plutôt discret dans votre vie privée. Mais je suis là, alors allons-y ! Je pense que le mieux est de retranscrire votre oeuvre telle quelle. Puis-je ?

S: Faites jeune homme, mes moustaches en frétillent déjà !

Konbinitude : Ehrm….(je prends mon souffle) :

Ressource européenne La belle île chaude et île de Majorca où c’est paradisméditerranéen de calledthe
Les montagnes élégantes l’eau qui est claire, le lac Léman
Au camp de première qualité célèbre, lac Como. Il a été entouré en mer du vert vert, l’île de Malte Monastère sur la roche, montsaintmichel Sur l’imbécile du port.

…je m’arrêterai là, car je n’aimerais pas enlever trop de surprises à nos amis lecteurs qui doivent certainement encore se remettre de la puissance de votre texte.

NDR : Tanaka se trémousse un peu dans son canapé d’un air assez satisfait.

S: C’est bon hein ?

Konbinitude : Oui, alors à vrai dire j’ai quand même été un peu surpris en tombant sur ce poème alors que je pensais déguster tranquillement une pâtisserie très délicate. J’ai failli m’étouffer avec une amande vous savez.

S: Je sais, cela peut faire cet effet chez les humains, mais pour nous les chats, qui sommes habitués à évoluer dans un monde aussi poétique et mystérieux que le nôtre, ce n’est qu’une modeste contribution à l’édifice poéteux de…

Konbinitude : Poéteux ? cela a-t-il un lien avec la poésie ?…mais laissons tomber : “l’imbécile du port” ? Vraiment ? Pourriez vous nous expliquer un peu comment vous en êtes arrivé là ? C’est pas que j’aime pas hein, mais simplement je trouve pas la référence.

S: Ahhh, jeune humain, comme j’envie votre douce naïveté. Evidemment, je n’écris pas des mièvreries comme Kezuka…Il dit suivre fièrement la voie de son maître, mais cela reste très contrôlé, très lisse, sa révolte n’est qu’une façade. Alors que moi, vous voyez bien, j’ose, je défie, je déconstruis en miaulant mes trippes !

tanaka
Oui, oui, les chats fument de cigares et boivent du whisky, si votre bouteille se vide plus vite que prévu, regardez un peu du côté de votre animal de compagnie…

Konbinitude : vouui, on en doute pas, c’est naturellement très provocateur, mais, si je puis me permettre une petite remarque constructive…je crois qu’en fait…on comprend rien…à part peut-être vaguement quelques allusions à de la flotte. Sans parler de la chute làaaaa…

S: Un thème aqueux…avec en contrepoint les roches, îlots, écueils, des lieux connus pour avoir hébergé nombre de chats philosophes qui après avoir vaillamment nagé et traversé les flots se sont élevés au rang de légendes. D’ailleurs Kentaro l’avait bien compris. Mais à cette époque lointaine nous ne communiquions pas encore avec les humains. Du moins pas de la même façon et certainement pas en écrivant des poèmes.

Konbinitude : Mouuuuuuééééé….Ca reste néanmoins assez cryptique. Pourquoi ne pas avoir écrit correctement  ces phrases ? Ces fautes sont-elles volontaires ? J’veux dire, il suffisait de balancer dans un correcteur comme “trans-miaow” et le résultat aurait été meilleur ! En plus vous parlez du Léman, on s’approche dangereusement de ma ville natale, alors, vous comprenez, on se sent un peu concerné…Mais pourriez-vous quand même nous parler de cette figure mystérieuse qui se fait insulter au port (j’insiste) on sent bien qu’elle est très importante ?

S: Non, pas spécialement, je n’aimerais pas trop vous mâcher le travail, mais sachez qu’il y a un lien direct avec l’avénement et révélation de notre capacité à parler votre langue. Comme je vous l’ai déjà dis, Kentaro en sait quelque chose et tout n’est pas aussi simple que Kezuka voulait bien vous faire croire.

Konbinitude : Non quoi ? Elle n’est pas importante ou vous ne voulez pas en parler ? Faut vous suivre quand même hein.

S: Non : je ne veux pas vous en parler. Comme vous l’aurez compris la plupart de nos textes ne sont que des “vaisseaux” transportant chacun une partie de quelque chose qui vous dépasse totalement. Comme le disait mon grand-père : “Nous ne passons que pour un style de vie Scandinave et restons pour la fraîcheur interlope”.

Konbinitude : FRAICHEUR INTERLOPE ?”  Mais mon éditeur va me tuer à coups d’algues si j’écris un truc pareil !! …Et si je m’évanouis là juste maintenant sur votre tapis, vous m’en voudrez pas ?  J’ai pas l’impression d’avoir couru pour du fenouil au moins…mais…mais attendez, de quoi parlez vous ? Kentaro n’est plus !! Il est mort en 2002.

S: C’est ce que beaucoup de chats disent, c’est vrai…mais avez-vous vraiment creusé la question ?

Konbinitude : Tanaka san, sauf votre respect…nous sommes en 2014 alors je doute que…(NDR : le chat tourna sa tête dans ma direction et me lança un regard dont seuls les félins sont capables et qui me glaça les sangs laissant un silence pesant s’installer)

S: Vous ne faites que commencer jeune journaliste, il va sacrément falloir creuser et aller au coeur de l’histoire car vous avez un rôle à jouer dans tout ceci. Me trouver n’aura été que la partie la plus facile. Et ne comptez pas sur moi pour vous aider, j’en ai déjà trop dit sur mon poème, et le sens caché de mes mots.

Konbinitude : Je…ne…

S: L’entretien se termine ici Zebraman, ce fût un plaisir de vous voir et je vous souhaite bonne chance ! Et surtout faites attention, si vous êtes malin, vous commenceriez à prendre des précautions.

Konbinitude : De….de quoi parlez vous Tanaka san ? C’est sérieux ?

S:“Regard qui tue / Silence ”

Konbinitude : Euh…au fait j’imagine que je risque pas de me faire rembourser mes billets de Shinkansen…et…c’est un single malt que vous avez là ?

En guise de réponse, Tanaka émit un bruit se situant entre le rot et une sorte de miaulement raté. Pendant une fraction de seconde, j’eus un peu de peine à interpréter la signification du message, mais l’instant d’après quand une horrible odeur de croquettes et pâté pour chat eut atteint mes narines je compris avec un larmoiement un peu pitoyable le contenu de son message. Pas celui de son poème il va s’en dire.

Konbinitude : En vous regardant bien, vous avez un air qui ne m’est pas inconnu vous savez et c’est quand même cossu ici : à part les poèmes vous n’exerceriez pas une autre profession, ? Genre tueurs à gages …ahahahahahah ahhahah le gag…vous imaginez ? (je faillis m’étrangler de rire à cette pensée incongrue).

S: Monsieur Zebraman, votre temps s’est écoulé et je dois vaquer à d’autres affaires autrement plus importantes. Dogue va vous raccompagner s’il vous plaît…

Konbinitude : ……..

Dogue ?

 

OYEZ OYEZ ! Avis à la population et au lectorat de Konbinitude, vous qui avez peut-être été témoin ou simplement marqué par un poème sans savoir qu’il avait été écrit par un artiste félin, envoyez nous votre texte (avec photo à l’appui hein ! ) et nous essayerons de retrouver l’auteur miaulant du texte. Il suffit de nous envoyer directement un mail à : contact”arobase”konbinitude.com

 

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.